La slow life de Laetitia Michel, créatrice du concept store No-Blabla

Ballade dans l’univers bohème chic de Laetitia Michel où le tissage, le macramé et le Do it yourself s’impose comme un art de vivre

No-Blabla est un concept store situé dans l’effervescente rue Keller dans le 11° arrondissement de Paris. A l’origine de ce bel atelier boutique, l’envie de Lætitia Michel de partager ses coups de cœur dans l’univers de la décoration, de la mode, des accessoires et des bijoux de créatrices françaises et de transmettre sa passion pour le Do it Yourself et le macramé. Restait à trouver le lieu, ce qui fut chose faite en 2016.
Lætitia était « Visuel Merchandiser » dans le prêt-à-porter et tenait également un blog où elle proposait ses créations. Pendant 5 ans, elle nourrit son projet, le développe et quand l’occasion se présente, elle saisit l’opportunité et se lance. Le concept store No-blabla ouvre ses portes en mai 2016. Laetitia à l’œil pour dénicher de jeunes créateurs, mais elle laisse également exprimer sa propre créativité et propose à la vente des tissages en macramé, des bijoux, et de très jolis coussins dans des toiles chinées. Ses créations artisanales et en petites séries allient le style vintage et bohème. Elle partage également ses passions et son savoir-faire en animant des ateliers DIY dans une atmosphère chaleureuse et conviviale.
Notre rencontre avec Lætitia de No-Blabla, est un heureux hasard. Un samedi matin où nous venions de finir une séance de Kundalini Yoga avec Caroline Benezet au Studio Keller, totalement zen et détendues, nous nous arrêtons devant l’ambiance d’une vitrine qui nous plonge directement dans un décor bohème chic de rêve. Plantes suspendues, tentures en macramé, accessoires de mode, matières naturelles : pensé dans les moindres détails, l’univers du concept-store No-Blabla nous invitait à en découvrir plus. A cette époque, nous venions juste de nous lancer dans l’aventure Happy Folk et de décider d’organiser un festival hybride mixant bien être, DIY, réflexions sur les modes de vie, créateurs éthiques. Nous avons poussé la porte et avons fait la connaissance de Lætitia. Nous ne savons pas si le Kundalini pratiqué juste avant y est pour quelque chose :), mais il s’agit de ces alchimies immédiates qui s’imposent à nous. C’était donc une évidence pour nous de lui proposer d’animer des ateliers DIY et de pouvoir faire découvrir ses créations lors du festival.
〈〉 D’où vient le nom de No-Blabla ?
­
Je cherchais un nom pour mon blog, et lors d’un week-end de surf j’ai acheté une planche avec l’inscription « no-blabla ». C’est parti de là, et je l’ai gardé pour la boutique !
〈〉 Que signifie pour toi le Slow ?
C’est l’inverse de notre société de consommation, c’est consommer peu mais juste. J’achète de belles pièces, mais pas tout de suite ! Avant, je les désire, j’économise pour me les payer et je les apprécie pendant des années ! Tout le contraire de l’achat compulsif dont on se lasse au bout de quelques mois. Pour moi le slow c’est aussi acheter vintage, et faire soi-même des meubles ou des accessoires de décoration comme des coussins par exemple.
〈〉 Pour nous Happy Folk c’est la communauté grandissante de personnes qui aspirent à un mode de vie, de travail et de consommation plus authentique, épanouissant et joyeux, nomade, créatif, green et utile. Et pour toi, qu’est ce que cela évoque ?
Pour moi, c’est une meilleure consommation : acheter mieux, parfois un peu plus cher, mais plus durable, ce qui engendre moins de gaspillage. Et c’est aussi de prendre le temps de faire les choses soi-même et de prendre plus de temps pour soi.

Merci à Lætitia pour ses réponses, mais aussi pour son investissement, ses bonnes idées et son soutien sur le Festival.

Laetitia transmettra son savoir-faire et sa passion pour le macramé au Festival Happy Folk le samedi 8 et le dimanche 9 juillet au cours de divers ateliers : suspension, tenture murale, attrape-rêves. inscription ici shopnoblabla.fr
2017-06-26T15:31:12+00:0026 juin 2017|Créateurs, Lifestyle|