La slow life d’Irais Macias Martinez, la création, une histoire de famille

« Faire ce qui nous plait sans avoir peur de ne pas y arriver, au final seules les émotions que nous vivons et partageons comptent »

Irais Macias Martinez créatrice de Mohikno, est tout à la fois styliste, trend forecaster et formatrice. Un design fait de détails, une sélection méticuleuse des matières, un regard, une interprétation singulière de la mode font de Mohikno une marque originale, urbaine et accessible. Irais est originaire du centre du Mexique où sa famille, du plus loin qu’elle s’en souvienne brode, coud ou travaille dans le textile. Elle a reçu cette passion pour la mode en héritage, avec un goût marqué pour la culture et un regard ouvert sur le monde et les autres.

Ses créations travaillées, originales sont de véritables invitations au voyage, c’est ce qui nous a emballées chez Mohikno au premier coup d’œil. Quant à l’enthousiasme d’Irais, c’est un véritablement enchantement !

〈〉 Peux-tu nous parler de ton parcours ?
C’est une histoire de famille. Mes arrière-grands-parents nous ont transmis leur passion pour la culture et la création. Depuis 5 générations, ma famille travaille dans le design de mode et le textile.
Je suis issue d’une famille traditionnelle de Mexico où toute la famille vivait dans le même quartier. Je me souviens de mon arrière-grand-mère Mathilde, une personne magnifique, toujours souriante et aimant faire rire, qui passait ses journées assise dans le jardin à broder des nappes et des serviettes de table.  C’était une manière de montrer à travers ses créations qui elle était vraiment. Elle les vendait ensuite sur les marchés d’Aguascalientes et Jalisco.
Ma grand-mère Guadalupe (Lupe), qui a également été une personne très importante pour moi, m’a enseignée la broderie lorsqu’elle me gardait. Elle travaillait sur les tissus que fabriquaient mes oncles à leur usine. Tout comme mon arrière-grand-mère, elle perpétuait la tradition et continuait de s’exprimer en créant des robes pour enfant et du linge de maison.
Quant à ma mère, elle m’a transmis sa passion pour la mode, qui était aussi sa manière à elle de s’exprimer. Elle recherchait toujours la pièce unique. Ce n’était pas forcément des pièces chères mais plutôt des pièces judicieusement sélectionnées. Ce jeu avec ma mère nous divertissait beaucoup. Elle cousait et créait mes vêtements. En grandissant, j’ai toujours cherché à me renouveler dans ce que je faisais et dans la manière de m’habiller afin de m’affirmer.
Enfin il y a mon père, c’est lui qui m’a le plus portée et qui a cru en moi dès le départ. Il m’a aussi appris à réfléchir sur moi-même. Toutes ces personnes m’ont beaucoup aidée à développer ma créativité et à m’exprimer au travers de la confection textile.
Mes nombreux voyages à travers le Mexique m’ont aussi permis de m’enrichir. Disons que la culture de mon pays a fait le reste. Et c’est ainsi, qu’avec fierté, j’ai créé MOHIKNO. J’aime le travail des matériaux, des textures, des formes et des couleurs…et y insuffler mes sensations et mes expériences. Ces dernières m’ont finalement amenée en France où j’ai pu apporter une nouvelle vision à mon travail. En effet, avant je cherchais seulement à montrer ma vision du monde à travers mes créations. Aujourd’hui, je fais évoluer mon travail en mixant les idées, les symboles et les cultures, pour créer un objet unique en soi, mélangeant toutes les facettes de ma vie.
〈〉 Que signifie pour toi le Slow ?
Réflexion et Expression, me connaitre pour ensuite savoir m’exprimer. Dans mon travail, le hasard n’existe pas, il s’agit du moment. Ce moment où je souhaite montrer, dire ou exprimer ce que je désire. Mon moment s’exprime par les couleurs et les formes que prennent mes créations.
〈〉 Quelles sont les personnalités qui t’inspirent ?
Tous ceux qui ne se mettent pas de limites en termes d’imagination et de créativité, même si, pour moi, je dirai tout simplement Hayao Miyazaki. Je suis enchantée à chaque fois par son travail.
〈〉 Pour nous Happy Folk c’est la communauté grandissante de personnes qui aspirent à un mode de vie, de travail et de consommation plus authentique, épanouissant et joyeux, nomade, créatif, green et utile. Et pour toi, qu’est-ce que cela évoque ?
Réfléchir et prendre au sérieux qui nous sommes tout en ayant conscience de ce qu’il se passe autour de nous, notre environnement. Je pense qu’il est important de changer notre manière d’appréhender les choses afin de construire un futur plus vert pour vivre ensemble.
〈〉 Aurais-tu des conseils à donner, pour une vie plus épanouissante ou un meilleur équilibre vie personnelle/vie professionnelle ?
Toujours faire ce qui te plait sans avoir peur de ne pas y arriver, au final seules les émotions que nous vivons et partageons comptent… Et puis on n’a qu’une vie!
Depuis que je suis en France, un des moyens de m’épanouir et de m’exprimer a été de suivre des cours d’écriture libre avec l’écrivaine Nadia Bourgeois. Au final, on y construit son histoire, on prend le temps au fil des cours pour construire et écrire l’histoire et les émotions que l’on veut retranscrire.

Ses coups de cœur dans la sélection du festival Happy Folk :
Du tac au tac, SABATINA LECCIA. J’aime son monde et je pense que c’est quelqu’un qui tends à inspirer les autres par son travail.
Les créations de Mohikno seront présentées au Slow Market Happy Folk.
Irais animera également un atelier unique « Broderie ludique à la mexicaine, autoportrait », elle y enseignera les techniques de broderie basique et des styles typiquement mexicains, dimanche 9 juillet de 11h à 13h. Pour s’inscrire, c’est ici

mohiknomarque.wixsite.com/mohikno

2017-10-20T01:42:11+00:006 juillet 2017|Créateurs, Non classé|

Leave A Comment