La slow life de Mathilde Dubois – L’art de la reliure et la passion du dessin


« Dessiner des motifs, imaginer des illustrations, coudre, relier… Le travail manuel est quelque chose d’apaisant et de gratifiant, une petite pause dans un métier où la plupart du travail se fait depuis un ordinateur »

Mathilde Dubois

Avant tout graphiste free-lance spécialisée dans l’édition, l’identité visuelle et la photographie, Mathilde Dubois est aussi passionnée par les petits objets et la reliure. Dans sa ligne de papeterie, les illustrations et les motifs sont imaginés et faits maison. L’histoire d’amour de Mathilde avec la papeterie a commencé tôt. Durant ses études, elle apprend l’art de la reliure et déjà passionnée par l’objet papier, elle fabrique des petits carnets pour prendre ses notes.
En lançant son studio de création graphique elle a profité des premiers mois plutôt calmes pour développer la ligne de papeterie qui lui trottait en tête depuis un moment. Et les premières ventes ont rendu ce projet très concret.
Chez Happy Folk nous avons craqué pour sa collection au détour d’une visite sur Etsy ! Nous avons contacté Mathilde pour lui proposer de présenter son univers végétal et graphique, et sa démarche qui s’inscrivent complètement dans l’esprit du festival Happy Folk.
〈〉 Que signifie pour toi le Slow ?
Le Slow se définit pour moi de deux façons. Il y a le côté personnel, où il est important chaque jour, après une journée bien remplie et connectée de lâcher prise, de s’accorder du temps pour soi, se poser, lire, regarder un film ou faire du sport. C’est aussi réfléchir sur ce qu’on a accompli et sur nos objectifs, rester positive, ne pas se perdre dans les doutes. Lorsque l’on est free-lance et livrée à soi-même, ce temps de déconnexion est nécessaire pour être bien. Et d’un autre côté, le Slow c’est aussi une façon de penser plus loin que soi, de penser en tant que communauté, et de revoir notre façon de vivre au quotidien pour pouvoir améliorer nos modes de vie : réduire notre consommation, acheter un produit chez les commerçants locaux plutôt que chez Amazon même s’il nous coûte quelques euros de plus, savoir apprécier le travail manuel. Pour autant, si le slow est une invitation à s’éloigner de cette hyper industrialisation, il est important en tant que créateur d’utiliser ce que les outils et réseaux digitaux nous offrent, notamment l’ouverture sur les autres, car ils permettent de se faire connaître.
〈〉 Quelles sont les personnalités ou les créateurs qui t’inspirent ?
Je n’ai pas d’exemple précis en tête, avec Instagram aujourd’hui, on connaît sans connaître des centaines de créateurs tous plus doués les uns que les autres. Ceux qui m’inspirent sont ceux qui, malgré la réussite, restent humbles et qui continuent de partager leur travail avec passion.
〈〉 Pour nous Happy Folk c’est la communauté grandissante de personnes qui aspirent à un mode de vie, de travail et de consommation plus authentique, épanouissant et joyeux, nomade, créatif, green et utile. Et pour toi, qu’est ce que cela évoque ?
Le festival Happy Folk est pour moi un vecteur  de pensée sur le nouveau mode de vie, que es personnes adoptent de plus en plus (du moins dans les milieux créatifs). Rester positif, prendre du temps pour soi, s’extasier à nouveau des petits plaisirs de la vie (même si ce n’est pas tous les jours facile). Happy Folk sera le temps d’un week-end, un moment offert à chacun pour se déconnecter, pour prendre du bon temps, découvrir de nouvelles choses, faire la connaissance de personnes que l’on aurait jamais rencontré ailleurs. Un bon moment de jovialité !
〈〉 As-tu des conseils à donner, pour une vie plus épanouissante, un meilleur équilibre vie personnelle et vie professionnelle ?
C’est une question difficile car beaucoup de personnes travaillent en n’aimant pas particulièrement leur boulot, simplement parce qu’il faut bien payer ses factures. Tout le monde devrait avoir la chance de trouver une satisfaction dans son travail, et j’espère qu’un jour ce sera le cas ! Sinon, il est important de la trouver dans autre chose : un sport, une activité associative, un petit projet à côté, des enfants, un amour…
Dans mon cas, j’ai la chance d’exercer un métier qui me passionne, mais comme pour beaucoup de créatifs, difficilement dissociable de ma vie personnelle car il fait partie de moi. Il n’y a pas mieux…il faut juste savoir couper ses mails le soir et attendre le lendemain pour y répondre !

LES COUPS DE COEUR SLOW DE MATHILDE :
• Ses dernières découvertes :
Les marques Bijoux de Lu, Mélanie Clénet, Succulente Design Végétal, Camille et Clémentine, Soin de soi.
• Ses bonnes adresses :
Les Grands voisins : « un village utopique en plein coeur de Paris ! »
• Ses coups de coeur dans la sélection du festival Happy Folk  :
Meadow Ceramics, pour ses créations qui nous plongent totalement dans la nature, et pour son mode de vie, sur l’île de Funen. « Une façon de vivre en retrait, loin des grandes villes, une vie dont beaucoup de personnes rêvent (dont moi) mais qui n’osent pas »

Retrouvez les créations de Mathilde Dubois au Slow Market du Festival Happy Folk le samedi 8 et dimanche 9 juillet 2017.
www.mathildedubois.com
2017-06-29T13:42:58+00:0029 juin 2017|Créateurs|